Relire les Cahiers du GRIF : Cycle de séminaires de janvier à juin 2019

Comité d’organisation : Caroline Glorie (ULiège), Nathalie Grandjean (UNamur), Audrey Lasserre (UCLouvain), Alain Loute (UCLille / UNamur) et Nadine Plateau (SOPHIA)

« Le féminisme pourquoi faire ? », « Hors de chez nous ? », « Parlez-vous française ? » : à 45 ans de distance, la première revue féministe francophone européenne – dont quelques titres sont repris ici – semble d’une actualité à la fois enthousiasmante et alarmante. Fruits de l’expérience collective d’un féminisme pluriel, les Cahiers du GRIF, nés au cœur de la Belgique francophone au début des années 1970, ne revendiquaient pas de ligne éditoriale fixe mais la mise en relation de voix différentes et, avant tout, la possibilité pour les femmes de se rencontrer, de discuter, d’écrire et d’avoir un lieu de diffusion pour leurs idées, même divergentes. Les Cahiers du GRIF ont ainsi constitué un médium, un espace et un instrument incontournables du mouvement des femmes des années 1970, puis de la recherche féministe dans les années 1980 et 1990. Dans un premier temps, ils ont contribué à dégager la structure politique – au sens arendtien – du féminisme, permettant de construire par des femmes et pour des femmes des espaces d’émancipation, des forces collectives et une visibilité publique. Dans un second temps, ils ont permis la diffusion des recherches sur les femmes et des recherches féministes.

Le présent cycle de séminaires se donne pour projet de relire les Cahiers du GRIF. Plusieurs objectifs motivent une telle entreprise. Tout d’abord, celui de relire les Cahiers en partant de l’hypothèse qu’au fil des numéros peuvent être perçues les traces de débats et d’échanges qui ont animé et parfois structuré le mouvement des femmes en Europe, ou dans l’espace francophone international. Outre la volonté de renouer avec cette histoire, pour mieux comprendre les enjeux féministes contemporains qui s’y éclairent, le projet de relire les Cahiers est tout autant guidé par la volonté de porter attention à cette revue comme une pratique intellectuelle collective dont nous voudrions interroger les médiations, les formes et la matérialité. La « forme revue » n’est pas neutre. Elle relie, organise, pluralise, rend visible, articule, archive, etc. ; autant d’effets produits par la revue que nous souhaiterions mettre en question. Enfin, relire les Cahiers du GRIF, c’est également poser la question d’un héritage et de sa transmission ; un « héritage sans testament », pour le dire dans les termes poétiques et philosophiques de Françoise Collin, renouvelant les mots du poète René Char. Comment, par quelles pratiques et par quelles médiations, prolonger ce travail de constitution d’« un espace d’inscription qui seul permet d’assurer le temps comme continuité et ouverture » (Collin, « Un héritage sans testament », in Les Cahiers du GRIF, n° 36, 1986, p. 82) ?

Programme du cycle

Contact

Caroline.glorie@uliege.be

Nathalie.grandjean@unamur.be


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.